Stage à l’étranger : les assurances possibles

Vous avez décroché le stage de vos rêves à l’étranger, et vous avez envie de sauter de joie. Mais avant de partir, il vous faut penser à souscrire à une assurance complémentaire ou une assurance vie car tous les pays ne couvrent pas aussi bien les accidents de la vie que la France. Suivez le guide pour trouver la meilleure solution.

Votre assurance actuelle et ses bénéfices

Actuellement, vous bénéficiez certainement d’un tas d’assurances, qui vous prémunissent contre plusieurs risques : assurance maladie, assurance habitation, assurance vol, assurance bancaire…
Si vous partez à l’étranger, quelques unes de ces assurances deviennent caduques, mais d’autres continuent de vous assurer une protection, notamment l’assurance maladie et les assurances de votre carte bancaire. Malheureusement, elles ne le font que jusqu’à un certain plafond et sous certaines conditions.

Grâce à l’assurance maladie, vous pouvez bénéficier de la carte Vitale européenne, qui vous protège dans tous les pays faisant partie de l’Union Européenne. Mais les montants remboursés sont équivalents à ce qui est pratiqué en France. Ainsi, si vous devez aller chez le médecin et que la consultation vous coûte 50 euros, vous ne serez remboursé qu’à hauteur de 25 euros, le reste étant à votre charge.

C’est la même chose pour les assurances bancaires. La plupart d’entre elles ne couvrent les dépenses imprévues que pendant 90 jours, soit la durée classique d’un visa de tourisme. Au-delà, il faut souscrire une autre assurance.

Les couvertures à prévoir absolument

Quand vous décidez de souscrire à une assurance complémentaire pour votre stage à l’étranger, vérifiez que vous êtes couvert pour les dépenses suivantes :

  • frais médicaux
  • dégâts matériels et/ou corporels (responsabilité civile)
  • cambriolages
  • assurance bagage pendant le séjour (en cas de vol avec effraction)
  • rapatriement ou retour anticipé pour raisons graves et non prévisibles

Ce sont les principales raisons qui vous pousseraient à engager de fortes dépenses imprévues. Avant de souscrire à une assurance, vérifiez que tous ces points sont avantageux et bien pris en charge.

Les démarches à faire pour une assurance

Les démarches ne sont pas les mêmes selon le pays dans lequel vous avez décidé de faire votre stage. Même au sein de l’Union Européenne, les règles ne sont pas forcément les mêmes.

Pour un stage en UE

En règle générale, la Carte Vitale Européenne permet d’être bien pris en charge dans tous les pays, même la Suisse, le Liechtenstein, l’Islande et la Norvège. Elle est valable un an. Il est recommandé de prendre une complémentaire santé quand on part dans certains pays de l’UE, mais dans d’autres, elle peut s’avérer relativement inutile lors d’un stage à l’étranger.

En effet, des pays comme le Royaume-Uni ou l’Espagne ont le même système de Sécurité Sociale que la France et remboursent les dépenses de santé à 100%. Mais ce système n’est pas valable partout, renseignez-vous.

Pour un stage hors UE

Dans ce cas, vous n’êtes pas couvert par le système de santé français et il faut vous inscrire auprès des organismes de protection santé du pays dans lequel vous effectuez votre stage. En raison des coûts médicaux particulièrement élevés qui sont pratiqués dans certains pays (aux États-Unis par exemple), il vous est recommandé d’opter pour une complémentaire santé. Renseignez-vous auprès de votre mutuelle pour savoir si elle couvre les dépenses de santé dans le cadre d’un stage à l’étranger.

A savoir que si vous effectuez un échange universitaire au Québec, vous pouvez bénéficier des accords passés entre le Canada francophone et la France pour être couverts par l’assurance maladie française.

Les limites des assurances à prendre en compte

Pour ne pas être surpris s’il vous arrive un malheur à l’étranger, vérifiez bien les conditions d’activation des assurances :

  • montant et durée planchers : certaines assurances ne prennent en charge les dépenses qu’à partir d’un certain montant de préjudice ou une durée d’arrêt maladie ;
  • montant et durée plafonds : là encore, les assurances ont généralement une somme maximale à ne pas dépasser pour le traitement d’un problème ;
  • les délais de remboursement des sommes avancées : il peut se passer plusieurs semaines avant que vous ne soyez remboursé, mieux vaut l’anticiper ;
  • somme des frais à avancer : il est rare que les pays étrangers pratiquent le tiers payant, veillez donc à connaître les sommes que vous devrez avancer en cas de problème.

Leave a reply