Extension de maison : les erreurs qu’il ne faut pas faire !

Ajouter du style, profiter de plus d’espace sans déménager, afin d’accueillir des enfants, les motivations d’une extension de maison sont diverses. Les possibilités qui s’offrent à vous lorsque vous souhaitez « pousser les murs » de votre habitat sont tout aussi variées. Cela peut par exemple revenir à aménager des pièces comme le garage, le sous-sol.

Seulement voilà, si on souhaite tous pouvoir gagner des mètres carrés, c’est souvent sans compter sur les erreurs de parcours qui peuvent nuire à l’opération. Cet article sur l’extension d’une maison en recense les plus courantes à éviter absolument.

1. Ignorer la loi et les règles d’urbanisme

Avant de vous lancer dans un projet d’agrandissement, prenez le soin de vous renseigner auprès de la mairie, sur les dispositions légales et règles d’urbanisme. Selon votre lieu de résidence, certaines mesures peuvent être imposées pour que les travaux ne dérangent pas le voisinage.

Notez en outre qu’en fonction du statut de votre commune, et de la surface d’agrandissement, des démarches administratives précises peuvent être nécessaires. Cela peut aller de la simple déclaration à l’obtention préalable d’un permis de conduire.

2. Sous-estimer le coût de l’agrandissement

Après avoir repéré les possibilités qu’offre votre maison, vous devez tenir compte de votre budget pour engager les travaux. Pour moins de 15 000 €, une extension n’est pas vraiment envisageable.

Vous pouvez en revanche installer une mezzanine, mais également aménager le sous-sol ou une bonne surface de combles, en effectuant des travaux d’isolation, d’électricité, d’installation de cloisons, portes, etc. Si par contre vous souhaitez pouvoir créer une belle véranda, vous devez augmenter l’enveloppe. Environ 50 000 € seront suffisants pour aménager une véranda avec des vitrages.

3. Ne pas bien concevoir son projet

Un agrandissement réussi implique que vous teniez à la fois compte de vos besoins et des contraintes de votre habitat. Les solutions d’agrandissement ne conviennent pas à toutes les destinations. Vous ne devez donc pas perdre de vue les spécificités du lieu, avant de prendre une décision sur les travaux à réaliser.

Qu’il s’agisse d’un aménagement de sous-sol, de l’installation d’une mezzanine ou d’un aménagement de combles, il est impérieux que toutes les conditions soient réunies. Un bureau en mezzanine ne doit par exemple pas être envisagé si la hauteur sous plafond n’est pas de 4,10 mètres au minimum.

4. Ne pas ou mal faire l’étude du sol

L’étude du sol est une étape souvent négligée. Pourtant, elle permet de réaliser des économies sur les matériaux et d’avoir la garantie que les fondations tiendront bien, et dans le temps, à l’issue des travaux d’extension. Cela est d’autant plus important qu’un agrandissement en fonction de l’environnement de votre maison garantit son confort : vous êtes sûr d’optimiser les apports thermiques et en lumière. Cet article sur l’extension d’une maison explique d’ailleurs très bien l’intérêt d’une étude de sol bien menée.

Leave a reply