Prêt immobilier refusé : que faire ?

Vous souhaitez acheter votre résidence principale ou un bien en guise d’investissement locatif ? Mais problème ! votre prêt vous a été refusé. Avez-vous alors d’autres solutions, quel recours pouvez-vous activer ? Nous répondons à toutes les questions que vous vous posez en cas de refus de prêt immobilier !

Refus Prêt Immobilier
© istock

Quelles sont les principales causes de refus de prêt par la banque ?

Il existe plusieurs situations dans lesquelles la banque aura tendance à ne pas accepter le prêt immobilier que vous avez demandé. Pour comprendre ce refus, il faut en cerner les causes. Il faut savoir que même si au final c’est la banque qui a la décision finale, d’autres acteurs peuvent jouer un rôle, c’est le cas de l’assurance et de l’établissement de cautionnement.

Votre taux d’endettement est trop élevé

D’une manière générale, votre taux d’endettement ne doit pas excéder 33 %, voire 35 %, si vous avez des revenus très conséquents. Cela signifie que si vos mensualités dépassent ce taux d’endettement, votre banque risque de vous refuser votre prêt.

Une situation professionnelle jugée instable

C’est la deuxième cause la plus souvent rencontrée dans le cadre du refus de prêt. Il faut en effet que la banque pense que votre situation financière va rester stable à l’avenir. C’est pour cette raison qu’être fonctionnaire ou en CDI, une fois la période d’essai écoulée, est une situation qui a tendance à rassurer les banques.

Les travailleurs indépendants rencontrent des difficultés accrues pour l’obtention de leur prêt et les banques leur demandent de pouvoir justifier qu’ils ont au moins 3 ans d’activité.

Une mauvaise gestion de vos comptes

Cette troisième cause de refus tient généralement à la façon dont vous gérez vos comptes. Lors de votre demande, vous devez fournir les trois derniers extraits de compte et la banque analyse alors votre gestion, ainsi que le reste à vivre. Si les découverts sont nombreux, elle refusera systématiquement le prêt.

Un apport personnel jugé insuffisant

L’apport personnel doit être au moins de 10 % du montant de votre achat pour avoir une chance d’obtenir un prêt. Le mieux étant encore qu’il monte à 20 %. Il va couvrir ainsi les frais d’agence, de notaire, les frais d’enregistrement, etc. Sans apport, il est compliqué aujourd’hui d’emprunter.

En cas d’absence d’assurance emprunteur

La banque exige une assurance emprunteur avec au minimum une garantie décès et perte totale et irréversible d’autonomie. Ce n’est pas une obligation légale, mais elle est exigée par tous les établissements de crédit. Si vous avez des problèmes de santé, il existe une forte probabilité pour que cette assurance vous soit refusée. La convention AERAS peut cependant vous assurer en cas de risque aggravé.

En cas d’absence de garantie

La garantie ou sureté est exigée par les banques, dans la plupart des cas, c’est un organisme qui se porte caution pour vous. C’est un filet de sécurité pour la banque. En son absence, la banque sera plus réticente.

Obtenir un prêt immobilier malgré le refus de votre banque

Ne baissez pas les bras si votre banque vous refuse ce prêt, il existe des solutions.

Solliciter d’autres banques

Une banque peut parfaitement vous refuser un crédit alors qu’une autre l’acceptera peut-être. N’hésitez pas à multiplier les dossiers afin de mettre toutes les chances de votre côté. En faisant quelques efforts, vous avez sans doute plus de chances de parvenir à acquérir le bien de vos rêves. Toutefois votre dossier ne doit pas contenir d’anomalie.

Travailler votre dossier

Le dossier que vous présentez doit contenir tous les éléments demandés par la banque pour être recevable. En effet, elle doit pouvoir évaluer avec justesse votre capacité d’emprunt. C’est une sorte de passeport pour l’obtention de votre crédit.

N’hésitez pas à présenter toutes les informations sous leur meilleur jour, mais ne mentez jamais, chaque renseignement fourni doit strictement correspondre à la réalité. Motivez votre demande en expliquant la gestion de votre budget, vos perspectives d’évolution professionnelle, la viabilité de votre acquisition immobilière, etc. Les critères extra-financiers peuvent jouer en votre faveur.

Faites appel à un courtier immobilier

Si vous n’avez pas un profil emprunteur idéal, ce professionnel peut certainement vous aider à le valoriser et à dénicher les établissements bancaires susceptibles de vous prêter cet argent dont vous avez besoin. Chaque dossier est en effet présenté sous son meilleur jour, ce que vous ne pouvez pas parvenir à faire tout seul.

À lire aussi : Crédit immobilier : le fonctionnement du taux d’usure

Leave a reply


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.