Freelance, startup, PME : quelle assurance professionnelle?

Si vous venez de créer une startup, une PME ou si vous travaillez en freelance, vous vous demandez peut-être quel type d’assurance professionnelle vous devez prendre.

© istock

S’assurer contre les dommages causés à autrui

La première catégorie d’assurance professionnelle à laquelle doit songer un dirigeant de startup ou de PME est l’assurance responsabilité civile professionnelle, ou RC Pro.

Elle le couvre contre les dommages qui pourraient être causés à autrui par lui-même, ses collaborateurs ou encore son matériel. Plus spécifique dans son objet, l’assurance responsabilité civile exploitation couvre l’ensemble des dommages qui sont causés dans le cadre de l’activité de l’entreprise.

Il existe également une assurance responsabilité civile professionnelle dite « produit ». Comme son nom l’indique, elle vous prémunit contre les éventuels préjudices causés à autrui par l’un de vos produits ou par les prestations proposées.

Cette assurance RC Pro n’est obligatoire que si l’activité de l’entreprise est réglementée. Ce serait le cas, par exemple, si la société employait des experts-comptables ou s’il s’agissait d’une agence de voyages.

Cependant, compte tenu des risques auxquels peuvent s’exposer une startup ou une personne travaillant en freelance, la souscription de ce type d’assurance professionnelle est vivement recommandée.

Protéger les personnes

Il importe également de souscrire des assurances professionnelles protégeant plus spécialement les personnes. C’est ainsi qu’un responsable d’entreprise aura tout intérêt à prendre, en plus des assurances obligatoires, une assurance responsabilité civile du mandataire social, ou RCMS.

Elle protège le patrimoine personnel du dirigeant s’il vient à commettre une faute de gestion dans l’exercice de ses fonctions. De même, la protection juridique, souvent comprise dans les contrats de RC Pro, peut vous offrir une assistance adaptée en cas de poursuites judiciaires.

Dans le cadre d’une startup, d’une PME ou d’un travail en freelance, il est indispensable de vous protéger, ou de protéger vos salariés, par une couverture prévoyance. De toute façon, la souscription d’une mutuelle de santé destinée aux salariés est obligatoire.

Quant à la couverture complémentaire, qui protège des conséquences de certains risques professionnels, comme l’invalidité ou l’incapacité de travail, elle est également obligatoire pour les cadres et quand la convention collective le prévoit.

Enfin, l’assurance dite « homme clé » a pour but de compenser le préjudice causé par l’absence, temporaire ou définitive, d’une personne jouant un rôle crucial dans le fonctionnement de l’entreprise.

© istock

D’autres assurances professionnelles

La protection de votre entreprise ne serait pas encore complète sans la souscription de quelques assurances professionnelles supplémentaires.

L’une d’elles est d’ailleurs obligatoire. Il s’agit de l’assurance auto professionnelle, qui doit être souscrite si vous-même (ou l’un de vos collaborateurs) utilisez un véhicule dans le cadre de l’activité de l’entreprise.

En fonction de vos besoins, vous pouvez souscrire un contrat individuel ou choisir une formule couvrant l’ensemble de vos véhicules professionnels.

Enfin, il est essentiel de protéger votre matériel et vos données informatiques par une assurance spécifique. Cette assurance cyber risques, ou cyber sécurité, vous préserve des tentatives de piratage et vous couvre contre les conséquences d’une perte de données. Elle intervient également si vos ordinateurs tombent en panne.

Leave a reply


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.